TRAVERSE

Fernanda Sánchez-Paredes

Résidence du 10 mars au 10 mai 2020

Vernissage le 05 juin 2020

Fernanda Sánchez-Paredes est une artiste photographe franco-mexicaine qui vit et travaille à Paris. Elle est diplômée de l’École des Beaux-Arts de l’Université Nationale du Mexique et de 05-marifer-300x296l’École Nationale des Arts Décoratifs de Paris. Elle a été boursière du Fonds pour l’art et la culture de Mexique (FONCA) pour le programme Jeunes Créateurs (2006), la résidence d’artiste au Banff Centre au Canada (2008) et le programme d’Arts Appliqués (2010). Ses recherches sur le paysage ont été présentées au sein de plusieurs institutions au Mexique et en France, parmi lesquelles ces deux dernières années : la Galería de Arte Mexicano, la Foire d’art Contemporaine MACO à Mexico, le centre d’art Rurart (86), la plate-forme Pollen à Monflanquin (47) et les Fours à Chaux dans le Jura Suisse.

 

 

 LE PROJET DE LA RÉSIDENCE

En prenant comme point de départ capturer le « mouvement suspendu » je souhaite mener une réflexion à une image qui soit à la fois « dynamique », comme celle du cinéma, et « statique », comme celle de la peinture, une image qui articule les multiples opposés selon lesquels on peut concevoir l’horizon : le ciel et la terre, le haut et la bas, le proche et le lointain, l’ouverture et la fermeture, le visible et l’invisible…. Je chercherai à travers l’image photographique à représenter la façon dont la sensibilisation à l’espace peut transformer notre perception d’un lieu, ceci sans volonté de mise en scène, mais en privilégiant l’action et la spontanéité d’une expérience personnelle.

À PROPOS DES TRAVAUX PRÉCEDENTS

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une photographie thématique, il y a dans la photographie de Fernanda une continuité, des questions qui réapparaissent et délimitent un terrain : le paysage habité, la recherche sur ce que l’être humain fait avec la nature, sa manière de la représenter, de l’imiter, de la cacher ou de se cacher derrière elle. D’un côté, alors, intuition, découverte ; de l’autre, un clin d’œil à plusieurs propositions esthétiques-historiques qui privilégièrent aussi la trouvaille et le pressentiment d’un ordre. Ce double terrain dans lequel elle joue donne une profondeur rare à l’œuvre de Fernanda Sánchez-Paredes, et la situe dans un espace différent : non seulement on assume que la photographie soit un art contemporain, mais on assume aussi sa différence par rapport à d’autres pratiques : elle réside dans sa capacité narrative et son potentiel en tant qu’outil pour penser l’historicité des formes esthétiques. Daniel Saldaña Paris

En savoir plus…